150 ans d'enracinement - Saint-Côme
Saint-Côme, au rythme du plein air!

Le retour du gendarme

La journée que j’épouse, m’a bien fallu partir
Un commandement de guerre, servir le roi de Louis
En sortant de l’église, m’a bien fallu partir

La comparade a été longle, elle a duré sept ans
(La campagne a été longue, elle a duré sept ans)
Au bout de la septième, je m’en suis revenu
Dans mon ancien pays je m’en suis revenu

Arrivant à la ville, une bouteille j’ai vidée
L’hôtesse m’a reconnu, elle m’a dit : « Mon ami
Votre femme se marie, elle prend un autre époux»

Arrivant à la porte, ils m’offrent à coucher
Ils m’ont dit; « Mon gendarme, ici vous coucherez
Débarquez votre valise, votre or et votre argent»

Arrivant à la noce, ils m’offrent à souper
Et moi qui était sans gêne, qui venait d’arriver
J’ai bien passé ma chaise auprès d’la mariée

Tout’ les gens de la noce, s’sont trouvé fort insultés
Ils m’ont dit : «Mon gendarme, n’approchez vous pas trop
Cette nouvelle mariée ne vous appartient pas»

«Où sont toutes les promesses, les bagues du temps passé
Où sont toutes les promesses, les bagues et les diamants
Que je t’avais donnés y a bien ce soir sept ans?»

La belle se retourne, se jette dans ses bras
«Prions la bonne Sainte-Vierge, la mère de Jésus-Christ
Ce matin j’étais veuve, ce soir j’ai deux maris»

Mit la main dans sa poche, sortit un mille francs
«Voilà la récompense, que j’ai à vous donner
Pour avoir épousé une femme qui avait son mari»

Traditionnel, interprété par M. Jules Marion
L’enregistrement provient d’une collecte effectuée par Éric Beaudry à l’automne 2001
 

© 2008-2017, Municipalité de Saint-Côme. Tous droits réservés.   |   Plan du site   |   Conception graphique : Kiwigraphik   |   Réalisation : NeXion